Archives par étiquette : intensité conflictuelle

L’intensité conflictuelle

Polémique autour de la réforme portuaire de 2008 : la privatisation comme épouvantail (C. Lamberts, 2009)

Le conflit est un passage à l’acte. On peut le définir comme une manifestation publique d’opposition par un groupe organisé d’acteurs parfaitement identifié. Cette manifestation est polymorphe. Le défilé, la grève, le blocage de site, le débrayage, le recours juridique et pourquoi pas le graffiti, lorsque celui-ci constitue une signature et présente une certaine récurrence, sont autant de formes possibles de manifestation d’opposition. L’acte isolé ne peut donc être considéré comme un indice de conflit et l’identification des parties prenantes est une condition absolue dans le recensement conflictuel. La spécificité du conflit portuaire repose sur une ambivalence. Il peut se jouer sur l’espace portuaire sans le concerner directement. Le port en est alors l’otage. Il peut aussi concerner le secteur d’activité sans que toutefois les manifestations ne se déroulent exclusivement sur l’espace portuaire. Dans ce cas, le port en est l’objet mais pas nécessairement l’otage. On peut poursuivre le raisonnement en s’interrogeant sur l’existence ou non de conflit strictement maritime, c’est à dire se jouant sur l’espace maritime et ou ne concernant que les seules conditions de circulation marchande sur voie de mer. En théorie, ce type de conflit est envisageable, mais dans la réalité rares sont les problèmes maritimes qui ne finissent pas par affecter directement ou indirectement l’espace portuaire : soit par le truchement d’une baisse de l’activité soit par le blocage pur et simple du port par des marins grévistes par exemple.

Ceci étant dit, il faut noter que toutes les formes de confrontations ne peuvent être mises au registre des conflits. La notion d’intensité conflictuelle paraît intéressante pour préciser les choses. Quatre niveaux peuvent être envisagés selon l’idée d’un gradient : (i) la polémique constitue le stade où les divergences de vues sont exposés et les positions de chacun publiquement identifiées. C’est par voie de presse ou lors de réunions que cette information circule ; (ii) la tension représente un stade où des menaces sont formulées, où des limites sont fixées, par les mêmes voies de communication ; (iii) le stade conflictuel est atteint lorsque ces menaces sont mises à exécution, lorsque la grève est ordonnée, la manifestation de rue organisée ou toute autre forme de mécontentement ou de désapprobation matérialisée par un acte là aussi rendu public ; (iv) enfin, la judiciarisation peut constitué le stade ultime avant un retour à un niveau supposé « zéro », lorsque le conflit trouve une issue, plus ou moins durable, par la voie d’une décision de justice. L’accord négocié, le compromis trouvé, le consensus établi évite dans bien des cas d’atteindre ce niveau d’intensité.

Intensité conflictuelle : un modèle théorique (E. Foulquier)

Exemple de séquence conflictuelle autour de la question du point d'inspection frontalier du port de Vigo (Espagne) entre 2007 et 2010 (M. Ortiz del Rio)

L’expression « niveau zéro » est sans doute maladroite. Et ce niveau relève peut-être d’une certaine utopie portuaire. En effet, la conflictualité portuaire ne se limite pas à la seule conflictualité sociale. De fait, la « paix sociale » ne peut être considérée comme l’expression exacte de ce niveau « zéro ». Un port sans conflit de travail n’est pas forcément un port sans conflit. Et on peut se poser la question si un port sans conflit est encore un port en vie.

Enfin, l’intensité conflictuelle n’a de sens que lorsqu’elle est observée dans le cadre d’une séquence : la chronologie des évènements autour d’un thème qui suscite un débat plus ou moins exacerbés entre différentes parties prenantes.